Initiation des garçons baruya – premier stade

Aboriginal Feather Boy (Jennifer Pinkerton, 2013)

… chez les Baruya, au cours de cérémonies d’initiation des garçons du premier stade, des enfants de neuf à dix ans qui viennent d’être brutalement séparés de leur mère et du monde féminin, se déroule un rite des plus secrets au fond de la forêt, au pied d’un grand arbre très droit, au tronc décoré de plumes et de colliers de cauris semblables à ceux que portent les hommes. Les petits sont alignés en face de l’arbre. Leurs parrains, des jeunes gens non mariés, des initiés du quatrième stade qui n’ont jamais eu encore de rapport sexuel avec une femme, on le sait, vont alors recueillir dans leur bouche la sève d’un arbre qui s’élève près de là et venir en déposer la substance sur la bouche des garçons. Pour les Baruya, cette sève est en quelque sorte le sperme de l’arbre, analogue au sperme que les jeunes gens vont par la suite donner à boire aux jeunes initiés. Par ces gestes rituels, une chaîne de forces vitales et de pouvoirs (153) vient relier le Soleil, père de tous les Baruya, à l’arbre, l’arbre aux jeunes hommes vierges et ceux-ci aux garçons qui viennent d’être séparés de leur mère et disjoints pour des années du monde féminin. La sève est donc à la fois le sperme (imaginaire) de l’arbre et le substitut (symbolique) du sperme réel des hommes.

Maurice GODELIER : Au Fondement des Sociétés Humaines. Paris, Albin Michel, 2007, 153-154

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s